Finances

Assainissement des finances et gestion rigoureuse indispensable

La situation économique et financière actuelle doit nous inciter à la plus grande prudence et à une meilleure maitrise des frais engagés par la Ville. 

La Ville n’a jamais été dans une situation financière aussi dégradée et préoccupante.  Sans réformes structurelles, la Ville serait rapidement sous tutelle régionale (CRAC).

Les citoyens ont le droit de connaitre la véritable situation financière de leur commune et de comprendre l’enjeu des décisions qui seront prises en matière budgétaire.  C’est pourquoi le groupe HDM s’engage à présenter une fois par an et de façon pédagogique la situation financière de la Ville en toute transparence lors d’une réunion publique.

Le groupe HDM s’engage à assainir les finances de la Ville de Herve en prenant différentes mesures, tout d’abord en matière de dépenses :

Personnel : 

- ne pas remplacer systématiquement les départs volontaires ou les départs à la retraite pour maitriser la masse salariale

- ne pas engager d’étudiants en 2013, en espérant pouvoir le faire à l’avenir


Fonctionnement : 

- mettre fin à certains gaspillages

- diminuer ou supprimer des dépenses de fonctionnement non indispensables ou non prioritaires

- mettre tout en œuvre pour diminuer la consommation énergétique

 

Transfert :

- maitriser autant que possible les dotations au CPAS, à la zone de police, à l’asbl Sports et Loisirs, à la Crèche, en fonction des besoins et du contexte général

- diminuer ou supprimer certains subsides

 

Charge de la dette :

- maitriser la charge de la dette

 

Les nombreux efforts de maitrise et de réduction des dépenses sont insuffisants pour rétablir une bonne santé des finances de la Ville de Herve.  C’est pourquoi il a été inévitable d’augmenter les recettes à travers l’IPP (impôt des personnes physiques) et le précompte immobilier.

La fiscalité de la Ville de Herve reste néanmoins rationnelle.

La dette de la Ville de Herve a fortement augmenté ces dernières années. Il est indispensable de gérer la dette du passé. C’est pourquoi nous n’avons pas d’autre choix que d’abandonner ou de postposer certains projets d’investissement.

Les futurs investissements seront quant à eux envisagés, lorsque cela est possible, dans le cadre de partenariats public-privé afin de diminuer le montant des dépenses publiques et de limiter la charge de la dette de la Ville.

La politique d’investissements qui sera mise en place intègrera également la répercussion de ces investissements sur les coûts de fonctionnement, cet aspect n’ayant pas été pris en compte par le passé.

Par ailleurs, la réduction des charges financières qui avait permis de donner de l’air aux communes par le biais de taux d’intérêts en baisse a atteint ses limites.  Difficile d’imaginer que les taux d’intérêts puissent encore baisser.

Il faudra à l’avenir  défendre des projets indispensables et bien préparés auprès des pouvoirs subsidiants.

Afin de maitriser les finances communales, notre volonté est aussi d’établir les priorités ainsi qu’un plan d’investissements pour la législature 2012-2018.