Discours d’hommage aux attentats de Paris (Conseil communal de Herve le 16 novembre 2015)

Paris a connu l’horreur ce week-end. Nos amis français ont été victimes de barbarie.

Ils s’appelaient Guillaume, Véronique, Elif, Milko, Nohemi, Romain, Valéria…et bien d’autres encore.

Ils ne faisaient rien d’autre que boire un café ou une bière sur une terrasse, ils étaient en famille au restaurant, dans la rue, ou assistaient entre amis à un concert de musique.

Ils se sont faits sauvagement et lâchement assassinés, un carnage sans nom !

Des terroristes ont massacré des innocents. Ce n’est pas une guerre au sens classique du terme, mais il s’agit bien d’une guerre déclarée par l’Etat Islamique. C’est une guerre contre nos valeurs occidentales. C’est une guerre qui nous menace tous. Ces fanatiques peuvent frapper n’importe où.

Rappelons-nous il y a quelques jours à Ankara le 10 octobre, un attentat lors d’une marche pour la paix, 95 morts et 246 blessés. Le 31 octobre, une explosion d’un airbus russe au-dessus du Sinaï, 224 morts. Ce week-end, le 12 novembre à Beyrouth, deux attaques simultanées qui ont fait 43 morts et 239 blessés. Puis Paris, ce 13 novembre, 129 morts et plus de 300 blessés.

La réponse des états et des autorités doit être à la hauteur de la menace qui nous touche aujourd’hui.

Nous sommes tous sous le choc. Nous sommes solidaires de nos amis français.

Mais nous devons rester debout pour lutter contre toutes les formes de terrorisme, pour garantir à nos concitoyens des valeurs aussi essentielles que la paix, la liberté et la démocratie.

La Ville de Herve, ses autorités, son Collège communal, son Conseil communal, son personnel mais surtout tous ses habitants, s’associent à la douleur qui a frappé tant de familles ce week-end. Nous pensons aujourd’hui à elles du fond de notre cœur.

Aujourd’hui, nous sommes herviens, mais aussi français, parisiens, européens, démocrates du monde entier.

La Ville de Herve, à travers un registre de condoléances, des drapeaux français hissés sur de nombreux bâtiments publics, mais aussi à travers une minute de silence dans nos écoles, a voulu aujourd’hui témoigné sa solidarité à l’égard de nos amis français.

Je vous invite, ici au Conseil communal, lieu de démocratie par excellence, à rendre hommage à la mémoire des victimes de ces terribles attentats et à respecter une minute de silence en pensant très fort à leurs familles.